[Visiteur] > Accueil > La faune > Mammifères

Blaireau européen

Meles meles (INPN 60636)

02.05.2021 | Patrick VIDAL

 

Le Blaireau européen est la deuxième plus grosse espèce de Mustélidés d’Europe après le Glouton Gulo gulo. Trapu et court sur pattes, il peut atteindre 70 cm de long (90 cm avec la queue, qui mesure 20 cm environ), pour 25 à 30 cm au garrot et jusqu’à une vingtaine de kilogrammes (12 kg en moyenne1).
Description
Meles meles possède 34 dents.
Il est très reconnaissable aux bandes longitudinales noires qu’il porte sur son museau blanc. Ce blaireau vit potentiellement dans presque toute l’Europe et une grande partie du nord de l’Asie centrale et du nord, au sud du cercle polaire (jusqu’à 2 000 m d’altitude en France).
C’est un animal fouisseur, capable de construire de vastes galeries « familiales ».
Il a une mauvaise vue, mais une ouïe fine et surtout un très bon odorat. Deux glandes anales produisent des sécrétions odorantes utilisées pour marquer le territoire et les congénères.
Ses pattes robustes et pourvues de solides griffes ainsi que sa tête petite et d’allure conique évoquent une adaptation à une vie fouisseuse. Ses pattes puissantes lui permettent par ailleurs de courir à des pointes de 25 à 30 km/h.
Espérance de vie
Elle est de quinze ans, et peut aller jusqu’à vingt ans en captivité, mais elle est bien moindre dans la nature, où 30 % des adultes meurent par an, davantage chez les mâles, d’où la prépondérance des femelles. Généralement, ils vivent quatre ou cinq ans, quelques-uns atteignant (rarement) dix à douze ans7. 30 à 60 % des jeunes meurent dans leur première année, de maladie, de famine, de parasitose, ou chassé par l’homme, le lynx, le loup, le chien, le renard, le grand-duc, l’aigle…, voire parfois d’« infanticide animal ». Le blaireau est sensible à la rage et à la tuberculose bovine.
Alimentation
En hiver, sensible au froid, il exploite ses réserves de graisse et se rabat sur les lombrics qu’il trouve en fouissant le sol non gelé. Ses variations annuelles de poids (importantes) semblent liées aux variations d’accessibilité de la nourriture. Il exploite les prairies (au printemps surtout), puis certaines parcelles agricoles (en été) et les forêts (plutôt en automne). S’il trouve un cadavre, il se fait volontiers nécrophage, mais ce n’est pas un chasseur qui poursuit des proies.
Bien qu’il soit classé parmi les carnivores, sa denture est celle d’un omnivore.
Son alimentation est variée, avec de grandes quantités de mollusques, d’insectes (coléoptères, hannetons, guêpes et autres apidés vivant ou pondant dans le sol (bourdon, etc.), sauterelles), ainsi que leurs larves ;
des champignons ;
des petits rongeurs ou des lapereaux, très rarement des œufs trouvés près du sol ou au sol, ou oisillons ;
des grenouilles ou crapauds (au moment du frai [période de reproduction] principalement) ;
des serpents (il est immunisé contre le venin de vipère[réf. nécessaire]) ;
des vers de terre, principalement en hiver (il pourrait ingérer annuellement près de cent kilogrammes de lombrics) ;
des animaux qu’il capture dans le sol en creusant ses terriers (campagnols, taupes etc.) ;
des végétaux, fruits et fruits secs (par exemple des glands), racines et tubercules ; ces aliments végétaux constituent une part bien plus importante de son alimentation que chez les autres mustélidés.

Observations par période

J F M A M J J A S O N D 2021 Périodes d'observation - Total: 2
Nombre d'observations - Total en 2021: 2

La grille des périodes d'observation indique par une couleur plus ou moins soutenue le nombre d'observations répertoriées pour la période considérée.

Liste des observations

Trier: par numéro | par date

Blaireau
109 - Blaireau

Blaireau européen : 1 - Bois du Rebeillou, Flourens
02.05.2021 - Patrick VIDAL (Biodiv.Flourens)

Blaireau
108 - Blaireau

Blaireau européen : 1 - Bois du Rebeillou, Flourens
01.05.2021 - Patrick VIDAL (Biodiv.Flourens)